Élysée 2022 – Les étudiants en médecine : exigeants, novateurs et… conformistes

BrefSanté. Les étudiants en médecine s’interrogent sur l’avenir du système de santé. Quelle vision ont-ils, eux qui feront la médecine ce demain ? Face aux difficultés actuelles sont-ils novateurs ou conformistes ? Sont-ils exigeants ?

18 Fév 2022
Philippe LEDUC, Directeur, Think Tank Economie Santé

Peut-on compter sur eux pour éviter les erreurs du passé. Le Livre blanc 2022 de l’ANEMF* , riche et argumenté, à l’occasion de l’Élection présidentielle, est passionnant.

 

L’avenir du système de santé passe d’abord par la formation. Davantage de moyens pour les facultés, moins de précarité pour les étudiants, des savoirs accessibles à tous, plus d’attention aux risques psychosociaux, des rémunérations « décentes » … après ce passage en quelque sorte obligé et nécessaire, les étudiants ciblent la formation elle-même. Et ils sont exigeants et sévères. Il faut former et mieux sectionner les enseignants insistent-ils. La formation est « le parent pauvre du triptyque clinique-recherche-enseignement ». « Il faut libérer du temps aux enseignements » et renforcer leurs « compétences pédagogiques. » L’initiation au numérique et la connaissance des mobilités nationales et internationales gagneraient à être augmenter.

 

L’interprofessionnalité

Novateurs et épousant avec conviction l’interprofessionnalité, les étudiants  ont bien compris que le système de santé n’est pas une « galaxie figée au centre de laquelle se trouve le médecin. Celui-ci évolue dans un environnement complexe où il interagit avec plusieurs acteurs dans le seul et unique but : le bien-être du patient. » Les futurs médecins déplorent que « cette synergie avec les autres professionnels de santé ne soit apprise que tardivement, par méconnaissance des différents métiers qui composent le soin ainsi que de leur articulation. » Pour « un système pleinement opérant et efficace » il faut faire travailler ensemble les professionnels dès leurs études. ». Le message est passé.

 

Quel exercice futur

Assez conformistes, en revanche, se révèlent être les étudiants quant à leur exercice futur, ne « souhaitant plus sacrifier leurs droits professionnels sur l’autel du système de soins. » Mais sans proposer de solutions fortes et innovantes quant aux déserts médicaux, à la gouvernance à l’hôpital (opposant les soignants aux gestionnaires) ou encore quant au développement de l’exercice coordonné. Le rôle assigné au médecin généraliste, « élément central » mais qui n’est « qu’un maillon dans l’immense chaine qu’est le système de santé avec comme composante majeure, l’hôpital public » n’est pas clair.

 

Cette plateforme aborde aussi d’autres sujets majeurs : la prévention, la prise en charge des personnes vulnérables, les migrants, l’esprit critique, la recherche, l’éthique et enfin l’environnement.

 

*Livre blanc 2022 . L’avenir du système de santé vu par les étudiants en médecine. Anemf. Association nationale des étudiants en médecine de France.